Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 août 2018

Expérimenter l'amour de Dieu

amour de dieuExpérimenter l'amour de Dieu

Rm 5,1-5


podcast

 Il y a dans le NT une définition de Dieu qui tient en 3 mots, et qui est un thème omniprésent dans toute la Bible. Quelle est cette définition ? Dieu est amour (1 Jn 4.8 et 16).

Beaucoup d’autres versets nous parlent de l’amour de Dieu : Jn 3.16 : Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique…. Le monde, ce sont les êtres humains, collectivement et individuellement.


L’AT nous parle aussi de l’amour de Dieu : Es 54.8 : Dans un débordement d’indignation, je t’avais un instant dérobé ma face, mais avec un amour éternel, j’aurai compassion de toi. Jr 31.3 : Je t’aime d’un amour éternel, c’est pourquoi je te conserve ma bienveillance. Ces déclarations d’amour de Dieu ne s’adressent pas seulement au peuple d’Israël. Depuis la venue de Christ, c’est tout homme, Juif ou non Juif, qui peut l’entendre pour lui et en expérimenter la force et la douceur. 

  C’est volontairement que je choisis le verbe expérimenter. En effet, la Bible ne nous parle pas d’un amour de Dieu qui resterait une idée abstraite, une sorte de dogme désincarné qui laisserait l’homme sans aucune émotion. Non ! L’amour que Dieu manifeste aux hommes est fait pour toucher leurs cœurs, de la même façon que l’amour entre un homme et une femme, entre parents et enfants ou entre amis.

  Pensez-vous que Dieu nous dise qu’il nous aime, que la Bible proclame que Dieu est amour,  mais que cela reste au niveau de notre intellect ?

   Si vous le pensez, frères et sœurs, gommez vite cette idée, parce Dieu ne l’a pas voulu ainsi.

   En effet, c’est Lui qui nous a formé. C’est Lui qui a fait notre nature. S’il nous a créés avec des sentiments, ce n’est pas pour rien ! Et il sait que l’amour ne se goûte pas avec l’intellect, mais avec le cœur. C’est donc avec le cœur aussi qu’il veut nous faire expérimenter son amour. 

  Combien de chrétiens savent intellectuellement que Dieu est amour, sans avoir jamais ressenti une seule émotion par rapport à cet amour ! Combien de chrétiens disent que Dieu est amour, sans pouvoir parler de cet amour, parce qu’ils n’ont pas goûté la douceur et la force de cet amour dans leur cœur ! 

  Si vous êtes dans ce cas, n’en prenez pas votre parti ! Ne dites pas : C’est comme ça, je n’y peux rien ! Ce n’est pas ce que Dieu veut pour vous. Il veut, au contraire, que vous expérimentiez existentiellement son amour, que vous goûtiez son amour. Et j’ajoute qu’il le veut sans doute plus que vous, parce qu’il nous aime comme jamais nous ne pourrons l’aimer. Oui, Dieu veut cela parce qu’il sait que son amour est seul capable de combler une vie, votre vie, ma vie. En effet, l’amour de Dieu c’est l’essentiel d’une vie. Tout le reste de la vie dépend de cet amour accueilli, vécu et entretenu.

Alors, comment faire pour goûter cet amour ? Pour répondre à cette question, je reviens à notre texte. Le v 5 nous montre le processus, nous donne la solution pour passer d’un amour que l’on conçoit intellectuellement à un amour que l’on vit existentiellement ; d’un amour qui nous laisse sans émotion à un amour qui comble notre cœur d’une joie et d’une paix immenses. Paul nous dit : L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.

Il y a un sujet : l’amour de Dieu. Un verbe : est répandu. Un complément de lieu : dans nos cœurs. Un complément d’agent : par le SE qui nous a été donné.

Quelques remarques : 

   1) L’amour de Dieu, c’est l’amour que Dieu a pour nous. Comme le fait remarquer Jn, je cite : cet amour consiste non pas en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés (1 Jn 4.10). Et la preuve de cet amour, la manifestation de cet amour, l’incarnation de cet amour, c’est qu’il a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. Dieu ne s’est pas contenté de dire qu’il nous aime : il l’a prouvé dans le sacrifice de Jésus sur la croix.

   2) Il est important de bien comprendre le sens du verbe « répandre »: L’amour de Dieu est répandu : Ce verbe exprime une action qui s’accomplit dans la durée. C’est le contraire d’une action ponctuelle. L’amour de Dieu, c’est comme l’eau d’une source qui coule sans arrêt et qui se déverse dans le cœur de l’homme. L’amour de Dieu est constant. Contrairement, bien souvent, à celui de l’homme, il ne change pas, il ne varie pas, comme le dit Jacques : Tout don excellent et tout cadeau parfait viennent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement, ni ombre de variation (Jc 1.17) La source d’amour de Dieu n’est pas comme certaines sources d’eau qui tarissent lorsque l’été est particulièrement chaud. Le débit de la source d’amour de Dieu est constant, et abondant. Ce n’est pas du goûte à goûte, comme on le voit parfois dans certaines fontaines de village. Le débit est abondant, car c’est le débit d’un cœur de Père qui aime ses enfants. Même lorsque Dieu est en colère, parce qu’il voit que les hommes n’écoutent pas sa voix, son amour reste intact : Dans un débordement d’indignation, je t’avais un instant dérobé ma face, mais avec un amour éternel, j’aurai compassion de toi  (Es 54.8). Oui, l’amour de Dieu est éternel et Paul nous dit que « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Rm 8.35-39).

   3) Où cet amour est-il répandu ? Le texte nous dit : « Dans nos cœurs » Pas dans nos têtes ! Le cœur, c’est le siège de nos émotions. Dieu veut que ses enfants ressentent son amour émotionnellement, tout comme Lui ressent de l’émotion. Cette idée vous surprend-elle ? Ecoutez ce que dit Dieu en parlant de son peuple : Ephraïm est-il donc pour moi un fils chéri, un enfant choyé ? Car plus je parle de lui, plus encore son souvenir est vivace en moi ; aussi mes entrailles frémissent en sa faveur ; j’aurai une profonde compassion pour lui (Jr 31.20). Croyez-vous que le cœur de Jésus n’a pas été rempli d’émotion lorsque la voix de son Père s’est fait entendre au moment de son baptême : Tu es mon Fils bien-aimé, objet de mon affection (Lc 3.22) ? Certainement pas ! Car Jésus, tout Fils de Dieu qu’il est, manifestait des émotions. Les Évangiles rapportent 2 épisodes où Jésus a pleuré : Devant Jérusalem (Lc 19.41), et devant la tombe de son ami Lazare (Jn 11.35). Sans doute, les émotions ne doivent pas être au centre de notre vie de foi, car les émotions sont parfois trompeuses. Mais les émotions font aussi partie de notre vie de foi.

   Pouvez-vous imaginer aimer vos enfants, votre conjoint, ou vos amis d’une façon purement intellectuelle, cérébrale ? Non ! Au contraire, nous ressentons une affection profonde pour ceux que nous aimons ; une émotion saisit notre cœur ; et nous aspirons à un échange dans l’affection, car l’amour est comme un dialogue, il circule de l’un à l’autre. C’est ce que Dieu veut aussi, parce qu’il nous aime. Il nous communique son amour en espérant que notre cœur sera ému et y répondra.

   4) Quel est l’intermédiaire entre Dieu et l’homme qui permet de goûter à cet amour ? C’est le Saint-Esprit : « L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par … par quoi ? Par le Saint-Esprit qui nous a été donné ». Sans le SE, la connaissance de l’amour de Dieu va rester une abstraction, un dogme, une connaissance intellectuelle. Un théologien va pouvoir décortiquer, analyser, discourir sur l’amour de Dieu, comme on peut parler longuement des essences florales qui constituent un parfum, de son mode de production, des dosages précis de chaque élément. Mais si on n’expérimente pas l’odeur suave ou enivrante, que connaissons-nous de ce parfum ? Il manque quelque chose d’essentiel : l’expérience !

   Seul le SE nous permet d’expérimenter l’amour de Dieu. Mais comprenons bien : Dans le verset, il est question du SE reconnu comme présence de Dieu en nous, accueilli, désiré. Avant la conversion, le SE travaille secrètement dans nos cœurs pour nous appeler à une rencontre personnelle avec Christ. Nous pouvons lui résister ; il ne s’imposera jamais, parce qu’on ne peut pas forcer quelqu’un à aimer. C’est lorsqu’on a répondu à l’appel de Dieu que le croyant prend conscience de la présence de l’Esprit en lui. Et c’est à partir de ce moment que l’amour de Dieu va pouvoir être ressenti comme une émotion profonde qui envahit notre cœur. 

  Si vous n’avez jamais ressenti émotionnellement l’amour que Dieu a pour vous, il y a deux pièges à éviter :

   Le premier, c’est de dire ou de penser que Dieu ne vous aime pas. Dire ou penser cela, c’est faire de la Bible un tissu de mensonges. C’est faire de la crucifixion de Christ un événement sans importance. En effet, la foi en Dieu le Père, en Dieu le Fils, en Dieu l’Esprit Saint, n’est pas fondée sur ce que nous « ressentons », sur nos « sentiments », sur nos « émotions » mais sur quelque chose de parfaitement objectif : la Parole de Dieu. Même si nous n’avons jamais ressenti l’amour de Dieu, la foi nous permet de dire : Seigneur, je sais que tu m’aimes, parce que ta Parole le proclame. Et je le crois !

  Le second piège à éviter, c’est de prendre son parti de n’avoir encore jamais goûter l’amour de Dieu, ou si peu, et de penser que c’est normal, parce que beaucoup de baptisés autour de vous semblent être dans le même cas. 

   Si vous êtes tombés dans ces deux pièges, j’espère avoir été suffisamment clair, à travers les textes bibliques, pour que vous en sortiez, et que vous n’y retombiez jamais plus.

 

   Alors, que faire concrètement pour expérimenter l’amour de Dieu ? 

   1) Assurez-vous d’abord que vous avez bien donné votre vie à Christ. Devenir chrétien passe par des engagements concrets avec Dieu. C’est une démarche indispensable ! Si vous n’êtes pas au clair avec cette démarche, demandez à un frère de vous aider.

   2) Passez du temps en tête à tête avec le Seigneur. Toute relation demande du temps pour s’approfondir. Les amoureux passent des heures à se parler au téléphone ; ils s’envoient des  textos pour un oui ou pour un non. Dieu veut parler avec vous. Ne laissez pas le téléphone sonner sans répondre. Décrochez : c’est-à-dire, lisez et méditez la Bible, parlez-lui dans la prière. Il veut vous dire combien il vous aime, car il veut toucher votre cœur. Venez chaque jour au rendez-vous d’amour qu’il vous fixe, faites-en la priorité de votre journée. Faites attention aux rendez-vous que l’on remet au lendemain ! C’est une habitude tellement vite prise qui détériore la communion.

   3) Que votre prière ne se limite pas à demander, pour vous ou pour les autres. Il y a un temps pour demander. Mais privilégiez d’abord la prière de reconnaissance et la louange. C’est dans cette prière que l’intimité avec Dieu grandit. Pour apprendre cela, utilisez les Psaumes, et faites-en vos prières personnelles. 

   Si vous adoptez fidèlement cette démarche, Dieu ne vous fera pas attendre longtemps avant qu’il vous fasse la grâce de goûter son amour. Vous allez entrer dans un cercle vertueux qui vous fera grandir dans la foi et la confiance, et vous permettra d’approfondir la relation merveilleuse entre votre Père céleste et vous.

   Et lorsqu’il vous arrivera de venir au rendez-vous divin avec un cœur complètement sec,  ce qui arrive parfois, vous ne vous laisserez plus décourager. Vous pourrez dire, en toute confiance et vérité : Seigneur, je sais que tu m’aimes ; et moi aussi je t’aime. Et vous constaterez que 9 fois sur 10 votre cœur s’ouvrira bientôt tout grand à la tendresse de Dieu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.